PRINTEMPS DE L’ÉCHANGEUR – 4 MAI > 3 JUIN 2018

À l’origine de ce Printemps de L’Échangeur, il y a le projet de création Envoûtements-Spectacle-Proférations initié par la Cie Public Chéri en 2016-2017. Centré sur les deux décennies qui précèdent le soulèvement de Mai 68, ce projet s’intéressait aux différentes expériences artistiques qui inventèrent des formes d’engagement à la fois poétiques et politiques avec l’ambition affirmée de « changer la vie », « changer le monde ».

Contraints de reporter ce projet en raison de difficultés économiques (voir notre édito de septembre 2017) nous avons choisi de le réinventer en 2018 – année du cinquantenaire du soulèvement de 68 – en invitant artistes et non artistes, professionnels et amateurs, militants associatifs ou politiques, chercheurs et public… à réinvestir avec nous ce moment crucial de notre histoire récente qu’est le mouvement de 68 et à interroger les aspirations d’un soulèvement dont les revendications fondamentales sont restées lettres mortes et demeurent 50 ans après d’une étonnante audace, voire actualité.

Contrairement au discours (puissamment médiatisé) qui vise à expliquer le soulèvement a posteriori, en démontrant qu’il était, au fond, annonciateur du nouvel ordre libéral et de l’individualisme qui lui ont succédé, notre Printemps entend s’intéresser à ce qui précède l’évènement pour tenter d’en saisir le contexte, l’origine, les motivations et les aspirations réelles. Nous ferons ainsi notamment retour sur le traumatisme qu’a représenté la guerre d’Algérie pour la population française ou sur l’influence des mouvements de décolonisation et de la pensée tiers-mondiste sur les acteurs de 68.

Mais ce Printemps de L’Échangeur ne se cantonnera pas aux années 60, il fera également
(et entre autres) retour sur le soulèvement des banlieues en 2005, sur les violences policières d’hier et d’aujourd’hui, sur le mouvement d’opposition à la « Loi travail », sur les tentatives de reconquête de territoires au Chiapas ou à Notre Dame des Landes…

Elaboré sans moyens ou presque, mais à partir de nombreuses solidarités, le Printemps de L’Échangeur, entend se mettre à l’épreuve de cette vieille, impérieuse et redoutable confrontation de l’art et de la politique.

LE DÉTAIL DE LA PROGRAMMATION DU PRINTEMPS DE L’ÉCHANGEUR SERA PROCHAINEMENT DISPONIBLE SUR CETTE PAGE !