avril 2019

← mars mai →
LMMJVSD
1
2
3
4
5
6
7
9
10
12
13
14
15
16
17
19
20
21
23
24
25
26
27
28
29
30


L'Échangeur
59, avenue du Général de Gaulle
93170 BAGNOLET
Métro : Gallieni [ligne 3]

01.43.62.71.20

info@lechangeur.org
http://www.lechangeur.org


PRINTEMPS DE L’ÉCHANGEUR #2 // WEEK-END 3 (24 au 26 MAI)

Du 24 mai 2019 au 26 mai 2019


VENDREDI 24 MAI

19h | SACCAGE | lecture (tout public – durée 1h10)
De Judith Bernard | Avec e
n alternance : Judith Bernard/Pauline Christophe ; Caroline Gay/Toufan Manoutcheri ; Benjamin Gasquet/ David Nazarenko ; Antoine Jouanolou/Jean Vocat.

De la fac de Vincennes à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, en passant par d’autres espaces plus ténus ou plus lointains où s’expérimentent des formes de vie alternatives, nombreuses sont les enclaves qui font des brèches dans l’ordre bétonné du monde. Dans ces poches d’air, l’avenir s’invente, à tâtons et sans garde-fous, jusqu’à ce que le pouvoir s’émeuve de leur inquiétante persistance. C’est alors qu’il procède au saccage : à coups de tractopelles, de policiers et de blindés, il entreprend d’éradiquer ce qui n’osait qu’une chose – l’affirmation d’une alternative – et nous apprend ceci : déclarer la pluralité des mondes possibles est lui faire la guerre.

20h15 | repas

21hPRINTEMPS | concert (dès 12 ans – durée 1h15)
Sylvaine Hélary flûtes, voix, composition | Antonin Rayon piano, synthétiseur, composition | Toma Gouban percussionsh

Julien Boudart synthétiseurs, composition
Lecture et régie vidéo Arthur Grand | Création lumière Anne Palomeres | Construction et regard complice Alexis Forestier
Images Arthur Grand, Aalam Wassef, Anaïs Rousset  | Textes Arthur Grand, Julien Boudart, Xavier Papaïs

Printemps est une œuvre collective. C’est un terrain de jeu associant musique, vidéo, voix et performance live. La singulière prise de l’espace, la disposition des instruments, le jeu des lumières et de l’obscurité, l’artificialité délibérée des images, l’irruption du texte, la place de l’accident et enfin le déroulement dramatique de l’ensemble : tout cela doit se comprendre comme une construction rituelle.

Ce nom de « printemps » fait référence à plusieurs choses: évidemment, à l’épidémie de soulèvements qui ont éveillé ce XXIè siècle moribond, ouvrant un cycle historique de luttes populaires dont on n’a vu encore que le début. Plus généralement, il renvoie au désir de hâter le dégel et le renouvellement des forces vitales après une époque de glaciation et de reflux.

Le caractère politique de Printemps ne tient pas tant à un discours tenu sur le cours des choses, qu’à une expérience sensible particulière du cours des choses, et à une certitude: il faut tirer un monde d’entre les ruines.



SAMEDI 25 MAI

16h | SACCAGE (cf. informations détaillées ci-dessus)

17h30 | ARRACHER LES FORÊTS POUR DE L’HUILE, DE L’OR ET REPLANTER COMME ACTE DE RÉAPPROPRIATION | rencontre 

Cette rencontre organisée par la revue BALLAST entend faire dialoguer des acteurs des Sud et permettre un retour d’expériences entre des luttes liées à l’exploitation des sols et à ses conséquences directes sur la santé, l’environnement et la liberté des populations autochtones, dans des territoires qui sont ou ont été remodelés par la colonisation et le néo-colonialisme.

Les intervenants :
>La Revue Z, revue d’enquête et de critique sociale qui a récemment consacré une publication sur la Guyane et l’industrie la plus polluante du monde : les mines, du point de vue des luttes anticoloniales et amérindiennes.
>Marc Ona Essangui, fondateur de l’ONG de droit gabonais Brainforest, spécialisée dans la protection des forêts et l’interaction des problèmes environnementaux, politiques, sociaux, militant pour la reconnaissance des droits des communautés autochtones.
>Road Tree’p est une association africaine-européenne à l’initiative de Sadia Diawara, ayant pour démarche d’organiser des projets collectifs de replantations d’arbres

19h30 | | repas

20h30 PRINTEMPS (cf. informations détaillées ci-dessus)



DIMANCHE 26 MAI

15H | KANAKY, Sur les traces d’Alphonse Dianou | lecture – rencontre
De Joseph Andras | Avec Iabe Lapacas, Marc Nammour, Léonce Henri Nlend

« Kanaky », derrière le mot, il y a une identité océanienne, une pirogue et son balancier, une culture, un peuple, ses souffrances, ses luttes, ses échecs, ses victoires, ses espoirs et son devenir…

En avril-mai 1988, l’affaire de la prise d’otages de la grotte d’Ouvéa, en Nouvelle-Calédonie, menée par un groupe d’indépendantistes s’est soldée par une intervention militaire et un bilan de vingt et un morts, dont dix-neuf Kanak. Parmi les victimes, Alphonse Dianou, vingt-huit ans, musicien, ancien sémina­riste se destinant à la prêtrise, admirateur de Gandhi et militant charismatique du FLNKS (Front de libé­ration nationale kanak et socialiste).
Terroriste ou martyr ? Français ou “barbare” kanak ? Pacifiste ou assassin ? Chrétien ou communiste ? Le personnage – avec ses légendes contradictoires et paradoxales – a longtemps intrigué Joseph Andras, qui est parti en Kanaky sur les traces de cette figure des luttes anticolonialistes du XXe siècle.

Iabe Lapacas, Marc Nammour et Léonce Henri Nlend partageront la quête de l’écrivain Joseph Andras accompagnés par le poète Denis Pourawa et le chant du groupe MADJAS…

18h30 | MALCOLM X (Retour d’Afrique) | théâtre et musique (dès 13 ans – durée 40 min)
Réalisation Régis Hebette – à partir des discours et interviews de Malcolm X des années 64 et 65.
Compositions et direction musicale Berry Hayward | Direction des chœurs Claire Hayward | Avec la chorale et l’orchestre Rhizomes, les musiciens Steve Pots saxophones, Jean Yves Roucan percussions, Zachari Abraham contrebasse
Et Lounes Benfares, Elton Duarte, Elodie Floret, Sofiane Rollier, Samba Touré

Orateur d’exception et prédicateur des black muslims de « Nation of Islam » jusqu’au début des années 60, Malcolm X amorce durant les derniers mois de sa vie un virage vers des positions plus politiques qui internationalisent la lutte des noirs américains et la relie à celles des peuples colonisés en quête d’indépendance et de libération.
En compagnie des 12 musiciens et des 20 choristes de l’orchestre et de la chorale Rhizomes, 5 jeunes bagnoletais portent la parole sans compromis de cette figure mythique et controversée de la libération noire et de la lutte universelle – et toujours à mener – pour une égale liberté entre tous les humains.

PROGRAMME DU PRINTEMPS DE L’ÉCHANGEUR #2
week end d’ouverture – 9 au 12 mai > ici
2ème week end – 16 au 18 mai > ici
4ème week end – 30 mai au 2 juin > ici
5ème week end – 7 au 9 juin > ici

INFORMATIONS TARIFAIRES > ici