prog
prog

mai 2017

← avril juin →
LMMJVSD
1
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
23
24
25
26
27
28
31


L'Échangeur
59, avenue du Général de Gaulle
93170 BAGNOLET
Métro : Gallieni [ligne 3]

01.43.62.71.20

info@lechangeur.org
http://www.lechangeur.org


Cet événement est terminé

Non que ça veuille rien dire

THÉÂTRE — ARTS VISUELS

Du 31 mars 2017 au 7 avril 2017
[20h30], dimanche [17h] - mardi 04 avril [relâche]
DUREE 1h15

Acheter un billet pour ce spectacle


BREFS ENTRETIENS AVEC DES HOMMES HIDEUX

J’avais un professeur que j’aimais bien, qui avait l’habitude de dire que la bonne fiction devait réconforter ceux qui sont dérangés et déranger ceux qui sont confortables. J’imagine que le but principal de la fiction sérieuse est de donner au lecteur, qui comme nous tous est en quelque sorte prisonnier de son propre crâne, accès par l’imaginaire à d’autres êtres. Puisqu’une partie de l’existence humaine est inéluctablement vouée à la souffrance, il est normal que l’être humain cherche dans l’art l’expérience d’une souffrance vécue à travers autrui, une espèce de « généralisation » de la souffrance. Tu vois ce que je veux dire ? Nous souffrons tous en solitude dans le monde réel ; l’empathie s’avère impossible.
Mais si, grâce à une œuvre de fiction, l’imagination nous permet de ressentir la douleur d’un personnage, nous pourrons peut-être ensuite concevoir plus facilement que d’autres puissent faire de même avec la nôtre. Voilà qui est nourrissant, et libérateur, et qui nous permet de nous sentir moins seuls en notre for intérieur. C’est peut-être aussi simple que ça.
Extrait de l’entretien de Larry McCaffery avec David Foster Wallace cité par Zadie Smith

David Foster Wallace fait parler des hommes déplaçant les codes moraux de nos existences. Brefs entretiens avec des hommes hideux est un recueil de nouvelles construit comme une accumulation de portraits d’hommes exposant leurs défauts, leurs perversions, leur mauvaise foi aux limites de leur sincérité. Les acteurs confrontent ces « hommes » à la scène, entre impudeur et fascination. Le réalisme fait naître un paradoxal sentiment de fraternité et d’étrangeté…

Production Collectif Impatience.
Collaboration au développement Delphine Prouteau |
Administration Elsa Guillot.
Coproduction Collectif 12 de Mantes la Jolie.
Avec le soutien d’Arcadi Île-de-France et l’aide à la production de la dRAC d’Île-de France.
Avec le soutien du Théâtre de Vanves et du théâtre de L’ÉCHANGEUR de Bagnolet. Soutien en résidence à Emmetrop à l’ Antre-peaux (Bourges), à l’Agora Scène Nationale d’Evry et de l’Essonne et au104 Paris. Coréalisation L’ÉCHANGEUR — Cie Public Chéri.


cliquez sur l'image pour faire défiler le diaporama

Compagnie
COLLECTIF IMPATIENCE

Auteur
D'après David Foster Wallace - Traduit de l'américain par Julie et Jean-René Étienne Édition Au Diable Vauvert 2005

Metteuse en scène
Perrine Mornay

Jeu
Olivier boréel, Serge Cartellier, Aude Lachaise

Musique
Création sonore Sébastien Rouiller

Lumière
Création lumière Cyril Leclerc

Avec la participation de
Thibaud Croisy - Regard extérieur

Acheter un billet