prog
prog

juillet 2019

← juin août →
LMMJVSD
1
2
3
4
5
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31


L'Échangeur
59, avenue du Général de Gaulle
93170 BAGNOLET
Métro : Gallieni [ligne 3]

01.43.62.71.20

info@lechangeur.org
http://www.lechangeur.org


Cet événement est terminé

CINNA OU LA CLEMENCE D’AUGUSTE

Théâtre |

Du 20 janvier 2014 au 31 janvier 2014
du lundi au samedi [20h30] - dimanche [17h] , mercredi 22 et 29 janvier [relâche]
DUREE 2h


Une bande de jeunes Romains pris dans une fureur de meurtre. Imaginons une dizaine de tigres que l’on aurait enfermés et affamés depuis dix jours. Ils sont excessivement beaux, insolents et ravagés par une énergie et une violence dévastatrices. D’entrée de jeu, sous leurs pieds, la terre tremble, autour d’eux, l’air se charge d’électricité. C’est Auguste – le très grand empereur romain Auguste –
qu’ils vont assassiner. C’est Émilie – qui le tient pour responsable de la mort de son propre père – qui a exigé ce meurtre à son amant, Cinna. C’est Cinna qui a rassemblé les tueurs. Les tueurs, eux, ne savent pas que tout part de la passion d’Émilie et de Cinna. Eux, ils sont sur le point de tuer un homme pour mettre fin à son règne en solitaire et restaurer la République. C’est un meurtre politique, leur a dit Cinna.
Auguste doit mourir.
Auguste, lui, est épuisé par un trop long règne. Il conçoit l’impensable : démissionner.
Il se confie à… ses futurs assassins, Cinna et Maxime. Cinna, bien sûr, l’encourage à rester. Maxime à se démettre. Auguste suit l’avis de Cinna et leur promet des parts d’Empire.
La honte est au plus haut. Que faire ?
Du côté des conjurés, ça se remplit de doutes, tout se vide de sens, se désaffecte.
Fêlures, failles, fuites – une confidence, un mot de trop, une trahison…
Auguste apprend tout. Ce que va alors accomplir Auguste, c’est Livie, son épouse – « on ne le remarque pas assez souvent », notait Bernard Dort – qui le lui a inspiré.
Il va parler à Cinna et à tous ces jeunes amis et il va les gracier.
Il va, par cette action jusqu’alors inimaginable, mettre un terme à des siècles de violences, de meurtres et de folies et donner rien moins que naissance à un nouveau monde.
Noël Casale

En politique, dans les mafias et, par effet de contamination, dans l’ensemble de la société corse, le meurtre fait partie des possibilités
de régler plus ou moins définitivement, une affaire d’argent, un contentieux commercial, un problème affectif, une frustration intime,
une rivalité politique, une dispute… De sorte qu’il ne vient plus à l’esprit de presque personne de s’alarmer pour un énième assassinat.
De nouveau, avec cette création, Noël Casale explore la notion de meurtre à travers une tragédie politique mettant en scène une bande de jeunes romains pris dans une fureur de meurtre. Hanté par la question de la grâce, Corneille ne cesse de se demander
comment mettre fin à la spirale de la violence.

Co-Production Théâtre du Commun, Espace Diamant, Théâtre2Gennevilliers (CDN) Ajaccio.
Le Théâtre du Commun reçoit le soutien de la collectivité territoriale de Corse – Ministère de la Culture – au titre des compagnies conventionnées et de la ville d’Ajaccio.
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National.
Co-réalisation L’ÉCHANGEUR – Cie Public Chéri.


cliquez sur l'image pour faire défiler le diaporama

Compagnie
THEATRE DU COMMUN

Auteur
PIERRE CORNEILLE

Metteur en scène
Noël CASALE

Scénographie
Anne Lezervant

Jeu
Olivier Bonnefoy, Yann Boudaud, Antonia Buresi, Édith Mérieau, Moustapha Mboup

Lumière
Pierre Peyronnet

Costumes
Anne Lezervant

Site internet de la compagnie
www.theatreducommun.fr

Administration
Gary NADEAU

Prolongement de plateau
- Samedi 25 janvier 18H30
« Quelques jours avec Hitler et Mussolini ou le regard d’un sourd » de Ranuccio Bianchi Bandinelli mise en jeu et interprétation Noël Casale
- Dimanche 26 janvier 14H
Brunch suivi de la Projection du film « les Apaches » de Thierry De Peretti

Présentation